SNPAA – Espace Information – Actualités

COMMUNIQUÉS

 Illustration de l\'article n°35

 

Une nouvelle contribution positive au bilan du bioéthanol

2008-10-06

 

Le SNPAA (Syndicat National des Producteurs d’Alcool Agricole) a souhaité disposer de données nouvelles concernant le bilan énergétique et le bilan des gaz à effet de serre du bioéthanol issu de betteraves et de blé produit sur des unités industrielles récentes et de grande taille.

A cet effet, le SNPAA a demandé à la société Ecobilan, appartenant au cabinet PricewaterhouseCoopers, de réaliser une étude basée sur la méthodologie des Analyses du Cycle de Vie sur deux sites importants de production de bioéthanol, l'un situé dans l'Aube, l'autre en Seine-Maritime.

Cette étude finalisée en avril 2008 intègre les dernières données disponibles à la fois en terme de performances industrielles mais également en ce qui concerne la production agricole.

L’étude s’appuie sur l’approche méthodologique proposée dans la Directive Européenne sur «  la promotion de l’utilisation d’énergie à partir de sources renouvelables » (janvier 2008).

Les résultats obtenus confirment que, tout compris du champ à la roue, le bilan énergétique est largement positif (plus de deux unités produites - contre 0,86 pour l’essence - par unité d’énergie fossile consommée) et que le bilan environnemental est également très positif (une économie de l’ordre de 60 % sur les émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’essence).

A noter que le projet de Directive Européenne stipule que les biocarburants doivent permettre une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 35 % par rapport aux carburants conventionnels.

Contact : Alain d’Anselme, SNPAA, 01 44 70 00 15

Le contexte européen

La « Directive Européenne » définit les objectifs suivants concernant la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie de l’Union Européenne :

  • d’une part, 20 % de l’énergie européenne doit provenir de sources renouvelables d’ici 2020
  • d’autre part, à cette échéance, 10 % d’énergie renouvelable devra être intégrée dans la consommation totale d’essence et de gazole destinée au transport.

Le caractère contraignant de ces seuils sera imposé, sous réserve que :

  • la production ait un caractère durable
  • les biocarburants de seconde génération soient disponibles à terme sur le marché
  • la directive du parlement européen sur la qualité des carburants soit modifiée pour prévoir les niveaux de mélanges adéquats.

Les conditions pour respecter une production à caractère durable sont les suivantes :

  • les biocarburants considérés doivent permettre une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 35 % par rapport aux carburants conventionnels.
  • ils ne doivent pas être produits sur des terres reconnues comme étant de grande valeur en termes de diversité biologique ni sur des terres présentant un stock important de carbone, et enfin
  • les matières premières agricoles doivent être produites dans « de bonnes conditions agricoles et environnementales ».

La Commission Européenne a calculé l’économie « typique » en émissions de gaz à effet de serre de matières premières agricoles et de combustibles utilisés dans une usine et selon l’efficience des sites.

A titre d’exemple, voici quelques références :

 

Réduction des gaz à effet de serre
(en % par rapport à l’essence)
Economie
« typique»
Economie pour les sites
les moins performants
Bioéthanol de betterave 48 35
Bioéthanol de blé
(usine combinée chaleur-électricité alimentée à la paille)
69 67
Bioéthanol de blé
(usine combinée chaleur-électricité alimentée au gaz)
54 45



 

Retour

Haut de Page